Le blocus du Golfe perturbe les vols Qatar Airways

Des dizaines de vols de Qatar Airways se sont basés sur l’absence de quatre pays dans l’espace aérien, provoquant des craintes pour l’avenir de l’aviation du Golfe.

L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte ont fermé leur espace aérien à l’avion Qatari mardi dans une rangée diplomatique approfondie, obligeant le transporteur du drapeau du Qatar à rouler ses vols sur l’Iran, la Turquie et Oman.

La décision des quatre nations arabes de rompre les liens diplomatiques et de couper les liens aériens et aériens avec le Qatar a causé des perturbations majeures aux voyages aériens à travers le Golfe et a soulevé des craintes pour l’avenir de l’aviation dans la région – abriter plusieurs des plus importants du monde – les transporteurs aériens.

Les pays qui ont lancé les mesures contre le Qatar l’ont accusé de soutenir le «terrorisme», une revendication que le Qatar a qualifiée de «injustifiée».

Plus de 70 vols ont été répartis dans la région mardi, selon les données de l’entreprise de planification OAG. La majorité des vols appartiennent à Qatar Airways.

Les autres compagnies aériennes concernées sont les Emirats de Dubaï, les Etihad Airways d’Abu Dhabi, Saudia d’Arabie Saoudite et Gulf Air de Bahreïn, qui ont tous annulé les vols vers Doha.

Alexandre de Juniac, directeur général de l’Association internationale du transport aérien (IATA) s’est déclaré préoccupé par le blocus et a appelé à une plus grande ouverture.

“Nous voudrions que les frontières soient rouvertes, plus tôt c’est le cas”, a-t-il déclaré aux journalistes lors de la réunion annuelle du groupe dans la ville mexicaine de Cancun lundi. “L’aviation est la mondialisation à son meilleur”.

Mis à la terre

Le terminal de départ de l’aéroport international Hamad de Doha a été pratiquement abandonné mardi matin. Plus de 30 vols ont été annulés sur les écrans de télévision de l’aéroport.

Qatar Airways, dans un communiqué sur son site internet, a déclaré que les passagers détenant un ticket confirmé à l’un des quatre pays arabes entre le 5 juin et le 6 juillet sont autorisés à réinsérer leurs vols jusqu’à 30 jours après leur date de départ.

La compagnie aérienne a déclaré que ses bureaux continueraient à fonctionner normalement dans les pays touchés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *